Archives de Catégorie: Films gores

The incredible melting man (1977)

C´est en parcourant IMDB (un site qui partage visiblement des valeurs différentes des nôtres) que nous avons trouvé the the Incredible melting man. C´est pour tout dire la côte qui lui a été attribuée qui a attiré notre attention : 3,2. Comme notre mission est de tirer des films de l´oubli ou de la dérision, nous y avons vu une occasion en or. Le synopsis est d´autant plus convaincant : c´est l´histoire d´un astronaute qui s´est aventuré trop près de Saturne et qui a contracté une certaine maladie qui courre dans l´espace et qui a pour principale symptôme de faire fondre le tenant en un espèce de coulis bouetteux. Fort heureusement (?), qui en souffre peut se maintenir  en vie en dévorant d´autres humains. Avec un scénario aussi intelligent, il est décevant que le film ait (visiblement) reçu aussi peu de financement. Fait divers : le film devait, à la base, être une comédie satyrique, mais au cours même du tournage, les producteurs ont décidé de le détourner vers un film sérieux, afin de maximiser les profits. Ils doivent être riches ! Cela dit, on voit à quel point la limite entre le sérieux et le non-sérieux peut se confondre dans le monde du film B.

Cote : 6 / 10 (que les 1500 qui ont voté sur Imdb aillent chez le diable)

Publicités

Videodrome (1983)

Les années 80 ont un charme irrésistible, en plus d´être une époque particulièrement prospère pour le cinéma de l´horreur et de l´étrange. Dans ce classique de David Cronenberg, ont atteint un état hallucinatoire où la matière, la technologie et le corps (le sang!) ne font plus qu´un. C´est un vrai cauchemar d´insomniaque, avec des passages gores aussi inusités qu´appréciables. Si vous pensez que le cercle (Ringu, ou the Ring) a touché quelquechose avec son fameux passage de la télévision, attendez de voir ce thriller où le magnétoscope se rebelle contre l´homme.

Cote : 8 / 10

Bad Taste (1987)

Peut-être certains ont-ils entendu parler de Peter Jackson pour des titres tels the Lords of the Rings ou King Kong. Or il s´agit de titres récents et outrageusement commerciaux que nous dénigrons ouvertement, qu´il a tourné après sa maladie (il n´y a pas d´autre explication possible pour justifier sa chute vers le nul). Car avant qu´il ne tombe malade (vers le milieu des années 90 supposons-nous) P. Jackson appartenait à une autre catégorie de réalisateurs, de loin plus honorable et nous nous permettons aujourd´hui d´en faire l´ovation en présentant Bad Taste, son premier long-métrage. Le film s´adresse à ceux qui ont le goût (ou le besoin) du gore, des extraterrestres, de l´absurde, des fusils, des acteurs douteux (dont Peter Jackson fait lui-même partie). S´il est vrai que court du film se gâche un peu vers la fin par d´incessants tirs de mitraillette (on ne sait même plus où, quoi tirer) le début en revanche devra faire partie du panthénon des meilleurs scènes de poursuite.

Cote : 7 / 10