Archives de Catégorie: (60) SIXTIES

Teorema (1968)

Teorema, qui s´inscrit en plein milieu de la carière du notable Pier Paolo Pasolini, est un film parfaitement singulier. Un mystérieux jeune homme est reçu dans une famille modèle et bourgeoise, mais à peine est-il arrivé que des tensions sexuelles se manifestent à travers ses moindres interactions avec les membres de la famille. Peu en faut-il que déjà, la bonne, prise de chaleur, préfère tenter de mettre fin à ses jours plutôt que de succomber à la tentation de sauter au cou du jeune homme. Or le jeune homme l´en empêche et lui donne ce qu´elle désire: son pain. Un à un, le mystérieux étranger, par un pouvoir d´attraction absolu, amènera chacun des membres de la famille, c´est-à-dire la jeune fille, l´adolescent, la mère et le père, à l´horizontale. Une fois le pain réparti entre tous (les enfants déflorés et les parents, cocus) chacun d´eux aura droit à une ultime révélation. Rien à ajouter !

8,5 / 10

Carnival of souls (1962)

Carnival of souls apparait sur plusieurs listes internautes des 50 ou 100 meilleurs films d´horreur et est réalisé par un one-timer : Herk Harvey. C´est  l´histoire de Mary qui survit miraculeusement à une noyade lors d´un accident de voiture sur un pont. À peine est-elle rétablie qu´elle se fait engager comme joueuse d´orgue dans une église au fin fond du Kansas. Or son accident lui a laissé des traumas qui se manifestent sous formes de visions lugubres, à moins que ce soit réellement le royaume des morts qui réclame son âme qui lui était dûe lors de l´accident ?

Carnival est un film indépendant ne laisse pas sa place qui pour l´époque mais qu´aujourd´hui certains pourraient trouver dépassé. Il faut savoir l´apprécier pour ce qu´il est, soit un suspense-horreur (fait peu de temps après psycho, dont on sent l´influence) qui investit le domaine du rêve moribond. Les décors de carnaval, d´église et d´hôtel lugubre sont bien exploités pour le minuscule budget (17 000$). Les jeux d´apparitions et de visions et la sublimation graduelle de l´héroine à la folie sont tous à l´honneur de la mise en scène. Foutrement dommage que Herk n´ait fait qu´un long-métrage.

Cote : 6.8 / 10