Archives de Catégorie: (80) EIGHTIES

Cat People (1982)

Cat People de Paul Schrader est en fait un remake d´un classique de Jacques Tourneur, filmé quarante ans plus tôt. C´est l´histoire d`Elena, une femme au passé plus ou moins obscur, qui retrouve son frère en Nouvel-Orléan. Son frère lui avoue le terrible secret de sa famille : elle est accablée d´une malédiction égyptienne qui les condamnes à avoir des relations incestueuses entre frères et soeurs sans quoi ils se transforment en panthères jusqu´à ce qu´ils daignent tuer quelqu´un. En anglais : «We are an incestuous race, we can only make love to our own, otherwise we transform, and before we can become human again, we must killl.». Malheureusement Elena s´est éprise d´un gardien de zoo qu´elle préfère à son frère et il lui faudra l´essayer pour le comprendre. Ce que les années quatre-vingt ajoute au (autrefois) terrifiant Cat People ? Un peu de cul, de sang et une trame sonore signée David Bowie. Ça se refuse pas !

Cote : 7 / 10.

Videodrome (1983)

Les années 80 ont un charme irrésistible, en plus d´être une époque particulièrement prospère pour le cinéma de l´horreur et de l´étrange. Dans ce classique de David Cronenberg, ont atteint un état hallucinatoire où la matière, la technologie et le corps (le sang!) ne font plus qu´un. C´est un vrai cauchemar d´insomniaque, avec des passages gores aussi inusités qu´appréciables. Si vous pensez que le cercle (Ringu, ou the Ring) a touché quelquechose avec son fameux passage de la télévision, attendez de voir ce thriller où le magnétoscope se rebelle contre l´homme.

Cote : 8 / 10

Bad Taste (1987)

Peut-être certains ont-ils entendu parler de Peter Jackson pour des titres tels the Lords of the Rings ou King Kong. Or il s´agit de titres récents et outrageusement commerciaux que nous dénigrons ouvertement, qu´il a tourné après sa maladie (il n´y a pas d´autre explication possible pour justifier sa chute vers le nul). Car avant qu´il ne tombe malade (vers le milieu des années 90 supposons-nous) P. Jackson appartenait à une autre catégorie de réalisateurs, de loin plus honorable et nous nous permettons aujourd´hui d´en faire l´ovation en présentant Bad Taste, son premier long-métrage. Le film s´adresse à ceux qui ont le goût (ou le besoin) du gore, des extraterrestres, de l´absurde, des fusils, des acteurs douteux (dont Peter Jackson fait lui-même partie). S´il est vrai que court du film se gâche un peu vers la fin par d´incessants tirs de mitraillette (on ne sait même plus où, quoi tirer) le début en revanche devra faire partie du panthénon des meilleurs scènes de poursuite.

Cote : 7 / 10